• Grand Défi QuébecOiseaux

    L'édition 2018 du Grand Défi arrive bientôt c'est le temps pour choisir la date de votre défi de 24 heures. Votre participation est précieuse! Plus de détails
  • Magazine

    Le magazine QuébecOiseaux aborde dans chaque numéro l'actualité, présente des sites d’observation fréquentés par les ornithologues amateurs, des livres, de l’équipement et un calendrier d’activités et donne des trucs pour attirer les oiseaux dans sa cour. On y retrouve aussi des chroniques portant sur les oiseaux d’ici, les observations saisonnières et la photographie. Disponible en numérique dès décembre 2017. Plus de détails
  • Appuyez le Regroupement

    En devenant membre de QuébecOiseaux, vous contribuez à la protection des oiseaux, à l'émergence de la science citoyenne et à l'amélioration du loisir ornithologique en plus d'obtenir un bouquet d'avantages exclusifs aux membres du Regroupement. Demandez votre carte dès maintenant. Plus de détails
  • eBird Québec

    Le portail eBird Québec permet aux ornithologues de contribuer au suivi des populations d’oiseaux, tout en offrant des outils interactifs de visualisation des données (cartes de répartition, histogrammes de présence, etc.). Plus de détails
  • La page des oiseaux rares

    Sûrement la source ornithologique la plus populaire au Québec, la page des oiseaux rares recoit plus d'un million de visites par année. Plus de détails
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Nouvelles et communiqués

Cas de mycoplasmose suspectés chez des passereaux sauvages fréquentant les mangeoires

Voici un communiqué émis par le Centre québécois sur la santé des animaux sauvages en lien avec l'épidémie de mycoplasmose qui sévit depuis quelques temps. Il serait important de suivre les recommandations du CQSAS afin de freiner la progression de l'épidémie et de leur rapporter tout cas suspect.

Nous suspectons des cas d'infections par la bactérie Mycoplasma gallisepticum chez des roselins familiers et des chardonnerets jaunes dans les régions de Montréal et de Trois-Rivières. Cette suspicion est en fait basée sur la présence de lésions oculaires hautement caractéristiques de cette condition infectieuse. Ceci étant dit, pour l'instant nous n'avons pas pu confirmer la présence de cette infection en laboratoire.

La mycoplasmose, connue en anglais sous le nom Mycoplasmal conjunctivitis ou House finch eye disease, est une maladie infectieuse bactérienne qui affecte les yeux et les voies respiratoires supérieures des oiseaux. Le roselin familier (Carpodacus mexicanus) est de loin l'espèce la plus fréquemment affectée par cette condition. Cette infection a aussi été documentée chez d’autres passereaux, tels que le chardonneret jaune (Carduelis tristis), le roselin pourpré (Carpodacus purpureus), le gros-bec errant (Coccothraustes vespertinus) et le durbec des sapins (Pinicola enucleator). Dans l'éclosion présente des infections sur un plectrophane des neiges (Plectrophenax nivalis) et un cardinal rouge (Cardinalis cardinalis) sont aussi suspectées.

Cette maladie aviaire atteint principalement les oiseaux à l’est du continent nord-américain. Plus localement, elle est surtout observée autour des mangeoires. Le premier épisode de mycoplasmose aviaire chez les roselins familiers a été décrit au cours de l’hiver 1994. Depuis, la maladie s’est répandue à l’ensemble des populations de roselins dans l’est de l’Amérique du Nord, incluant le Québec. Elle y est présente de manière endémique (permanente). Les populations de roselins familiers ont particulièrement souffert de cette maladie. Cependant, la fréquence de cette maladie au Québec semble avoir considérablement diminuée au cours des dernières années ce qui suggère un certain équilibre entre cette bactérie et les oiseaux sensibles.

Chez les passereaux, la mycoplasmose affecte principalement les yeux. On notera une enflure des paupières et de la rougeur des conjonctives associées avec des sécrétions liquides et des croûtes. Des éternuements et une respiration difficile peuvent aussi être observés. Dans les cas extrêmes, les croûtes et/ou l’enflure peuvent causer la fermeture complète de l’œil. Du fait de l’altération visuelle, ces oiseaux éprouvent de la difficulté à se nourrir. Ils sont souvent retrouvés au sol, à la recherche de graines près des mangeoires. Ainsi, la conjonctivite n’est pas directement mortelle mais la cécité est responsable d’inanition pouvant entraînant la mort. De plus, l’oiseau devient une proie facile pour les prédateurs.

Les mangeoires d'oiseaux constituent un site potentiel de transmission de cette maladie. Les précautions suivantes sont recommandées pour éviter la propagation de l'infection et aider à préserver la santé des oiseaux sauvages:

  • Au cours d'une éclosion connue de mycoplasmose, retirer temporairement les mangeoires d'oiseaux et les bains (pour une à deux semaines) afin de réduire l'agrégation des oiseaux.
  • Nettoyez vos mangeoires et bains d'oiseau régulièrement. Une solution d'eau de Javel à 5% (un volume d’eau de javel pour 19 volumes d’eau). Il faut ensuite les laisser sécher avant de les réintroduire à nouveau.
  • Il n'est habituellement pas recommandé de traiter les oiseaux sauvages infectés, car l'utilisation d'antibiotiques pourrait entraîner le développement d'un état porteur de la bactérie ce qui pourrait entraîner une augmentation globale de la propagation de la maladie.

Bien que la bactérie Mycoplasma gallisepticum ne se transmette pas à l’homme, les oiseaux sauvages peuvent être affectés par d'autres maladies transmissibles aux humains et aux animaux de compagnie (par exemple, les bactéries SalmonellaCampylobacter et E. coli). Il est donc important de prendre des précautions suivantes lors du nettoyage des mangeoires:

  • Les brosses et l'équipement utilisés pour nettoyer les mangeoires d'oiseaux et les bains ne doivent pas être utilisés à d'autres fins. Gardez-les à l'extérieur et loin des zones de préparation des aliments.
  • Portez des gants en caoutchouc lors du nettoyage des mangeoires et lavez-vous soigneusement les mains et les avant-bras avec de l'eau et du savon, surtout avant de manger et de boire.
  • Évitez de manipuler les oiseaux malades ou morts directement à mains nues.

Merci de communiquer avec nous (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) si vous apercevez des oiseaux présentant des lésions aux yeux à vos mangeoires.

pave

Si vous ne voyez pas le thermomètre, votre fureteur n'est probablement pas à jour.40 000$45 612$

Partenaires financiers

  • 1
  • 2
  • 3
Reconnaissance ONL